Les Ustensiles au Café Bras

 21 Gravures en 7 triptyques
à la Manière noire

Casseroles – Couteaux – Fouets

Moules – Passoires – Presse-purée – Râpes

 

 

Ces estampes originales sont gravées sur cuivre,

selon la technique de la Manière noire.

Elles ont été imprimées au mois d’avril 2014, sur une presse à bras Roger-Ledeuil.

Il s’agit de créations originales entièrement gravées à la main qui font partie des sept triptyques commandés  par Michel Bras pour son restaurant

Café Bras

attenant au

Musée Soulages

à Rodez (Aveyron)

 

 

La Manière noire :

une technique originale et rare de gravure sur cuivre

Parlons gravure… Le mot recouvre un ensemble varié de techniques aboutissant à la production d’une estampe ; soit une image imprimée sur papier, à la main, en nombre restreint, au moyen d’une presse mécanique. L’impression s’effectue à partir d’une matrice gravée par l’artiste sur un support donné ; le plus souvent du bois (xylogravure, en relief), du linoléum (linogravure, en relief), du métal (gravure en creux) pour ce qui est de la manière noire : du cuivre.

Il existe six variantes de gravure sur cuivre. Cinq d’entre elles (la pointe sèche, le burin, l’eau-forte, l’aquatinte et le vernis mou) produisent une estampe composée traditionnellement de traits noirs sur fond blanc.

La manière noire est la seule technique de gravure sur cuivre dont le travail reproduit des blancs sur fond noir ; au-delà de l’originalité technique, cette inversion lui confère sa valeur esthétique propre.

La première tâche consiste à « retourner » la surface d’une plaque de cuivre d’une épaisseur d’un millimètre, à la manière d’un jardinier retournant sa terre à l’aide d’un instrument aratoire. L’outil de ce grainage est appelé berceau, un hachoir tenu à une main dont la lame semi-circulaire est hérissée de pointes minuscules. Le balancement de la main vers l’avant entame le métal de manière régulière et uniforme. La plaque ainsi grainée c’est un travail long et fastidieux qui exige une dizaine de passages en tous sens sur chaque point de la surface retient l’encre ; l’impression donnerait à ce stade un noir parfait.

Cuivre bercé

Cuivre bercé

 

Pour faire apparaître le dessin, l’artiste doit écraser le grainage à l’aide de divers outils (grattoirs, polissoirs, charbon fin et alcool). Le graveur peut ainsi éclaircir progressivement les zones de dessin qui retiendront plus ou moins l’encre et donneront les tonalités de gris et les blancs

Les formes paraissent alors sortir de l’ombre !

 

Cuivre travaillé

 Le cuivre étant une matière relativement souple, chaque passage sous presse fatigue la matrice et il ne peut être imprimé qu’un nombre limité d’exemplaires d’égale qualité.

 Mise au point au XVIIe siècle, la manière noire est, en raison de la hauteur de son exigence technique et de la faiblesse de son rendement, la plus rare des techniques de gravure sur cuivre… Mais aussi, l’une des plus appréciées des amateurs.