Semaine du 6 au 10 Avril : Phosphorescence

Pour cette quatrième semaine du Grand confinement, je continue la présentation de ma série mes Organismes Graphiquement Modifiés commencée la semaine dernière.

En route pour l'espace   En route, gravure sur cuivre, 2006.

Commencé un peu avant l’an 2000, ce travail est mené de manière continue depuis ces vingt dernières années. En parallèle à toutes mes autres recherches graphiques.

Mes OGM, c’est une fiction personnelle dont le point de départ est l’observation de tubercules de pommes de terre en germination, banal reversoir d’énergie, considéré par la plus part comme informe. La lecture simultanée de Francis Ponge et de Gilles Deleuze m’a fait porter une attention particulière à cette forme d’insignifiance du quotidien. Dans ces années là il ne faisait pas bon dessiner, surtout pas de manière réaliste mais je me suis quand même attelé par cette recherche au dessin d’observation. J’ai pris le parti de la chose au point de développer au fil du temps tout un univers intime dont j’explore différents aspects par strates.

Certaines de mes œuvres s’appuyant sur le procédé des états successifs que permet la gravure (gravure-impression, gravure-impression d’un second état) sont élaborées sur de très longues périodes, cela me donne la possibilité de me détacher du rythme du monde, d’entrer dans le champs de l’observation approfondie et de la poésie.

Conçu à la manière d’un rhizome, où il n’y a pas de centre où chaque partie vaut une autre mais reste en lien, ce travail s’élabore comme un condensé simultané de souvenirs, de lieux, de saisons. Tout se superpose, se lie, fait signe et sens, d’une image à l’autre les liaisons sont multiples évidentes ou cachées. Et parce que je ne souhaite pas donner de clefs, j’oscille librement entre réalisme et abstraction.

Mais pour moi, tout est là d’un coup, transcription émotionnelle de ce que je suis.

J’ai trouvé, dans ces quelques mots de Patrick Modiano, une certaine justesse qui m’accompagne et me réconforte dans ce travail.

« J’ai toujours cru que le poète et le romancier donnaient du mystère aux êtres qui semblent submergés par la vie quotidienne, aux choses en apparence banales, – et cela à force de les observer avec une attention soutenue et de façon presque hypnotique. Sous leur regard, la vie courante finit par s’envelopper de mystère et par prendre une sorte de phosphorescence qu’elle n’avait pas à première vue mais qui était cachée en profondeur. C’est le rôle du poète et du romancier, et du peintre aussi, de dévoiler ce mystère et cette phosphorescence qui se trouvent au fond de chaque personne. »

Patrick Modiano, discours prononcé le dimanche 7 décembre 2014, à Stockholm, pour la réception de son prix Nobel de littérature.

 

Mes OGM-Cellule soucheCellules souche, gravure sur cuivre, (10×10 cm)x8, deuxième état, 2015.

Cosmogonie 2013 2015Cosmogonie, gravure sur cuivre 1° état, 100×70 cm environ, 2013-2015.

Etats de la matière, lithographies, dimension de 30×40 cm à 50×65 cm, 2015.

La migration, xylographies, 20×26 cm, 2006.

 

Bonne semaine à tous.