La lithographie

 

. Laurent Nicolaï  réalise ses premières lithographies aux Beaux-Arts de Marseille en 1998 avec Peter Grosfeld, à sa sortie de l’école il sait qu’il aura, un jour, un coin d’atelier dédié à ce mode d’expression.

Le cactus - 1998   Le cactus – 1998

. En 2007, il installe à St Hippolyte-du-Fort une « bête à cornes » et une presse moderne électrique mais un changement radical de projet lui fait fermer, un an plus tard, ce lieu pour s’installer dans le Cantal.

Carrière cévenole de pierres lithographiques (13.08.07)

. En 2013 il inaugure dans le Cantal son nouvel atelier ADN – l’Atelier D’estampe Nicolaï et après deux années de travail plus particulièrement consacrées à la gravure, c’est en priorité à la lithographie qu’il consacre son temps depuis la rentrée de septembre 2015.

Carrière été 2008Carrière cévenole de pierres lithographiques (26.12.15)

. En 2016 Laurent Nicolaï initie la création de l’atelier 6026 cm²  fondé sur la sauvegarde de deux presses plates Voirin-Marinoni d’exception. Disposant ainsi de deux sites, l’un personnel, l’autre collectif pour pratiquer cet art !

« La lithographie vient compléter mon travail graphique de graveur-dessinateur. La possibilité de travailler avec les outils du dessin (crayons, encre en lavis ou à la plume) de manière directe sur des pierres, est une variation très importante par rapport à la gravure. Les outils de la gravure, (pointes en métal, berceaux, burins) sont des intermédiaires qui ne peuvent en aucun cas donner la sensation de toucher d’un crayon. La pierre à la place de la feuille, le crayon à la main, je retrouve un geste spontané dans mon dessin. »

Laurent Nicolaï

septembre 2015

 
Le coin de la technique copie

 

 

 

cimaise copie